Le réveil des colonies

le

En cette belle journée de janvier où le mercure a dépassé les 13°C, nos abeilles ont saisi l’occasion d’aller se dégourdir les pattes ; on dit dans le milieu qu’elles effectuent leur vol de propreté. En effet, lorsqu’elles se retrouvent cloitrées à l’intérieur de leur logis sans possibilité de sortir elles se retiennent et attendent des jours meilleurs pour aller faire leurs besoins à l’extérieur de la ruche. Une abeille ne souillera jamais sa ruche au risque de provoquer des maladies graves et d’entraîner la mort de celle-ci.

Voilà pourquoi elles étaient si contentes de pouvoir sortir cette après-midi. Voir la vidéo.

Sur l’ensemble de nos ruches, 7 se sont montrées actives à des degrés divers, c’est un bon présage pour la suite de la saison. Nous devrons toutefois nous montrer très vigilants quant à l’évolution de leur quantité de provisions au cours des 6 prochaines semaines. Des ruches activent en ce moment ne sont pas assurées de s’en tirer ; il arrive très fréquemment qu’une colonie vienne à manquer de nourriture début février. Lorsqu’on ouvre la ruche, on trouve un petit millier d’abeilles mortes, la tête au fond des cellules à la recherche des dernières traces de miel. Voilà pourquoi il nous arrive d’aider les plus faibles avec de tels « blocs » d’un mélange de 3 sucres. La consommation régulière, en forme circulaire, est aussi un très bon indicateur de bonne santé de la ruche.

rucher_emapi_janvier2017 (8).jpg

Enfin, 2 de nos ruches ne présentaient aucune activité cette après-midi. Il n’y a pas encore lieu de s’inquiéter, certaines colonies ont des besoins et des attentes différentes vis à vis de leur environnement. Néanmoins, si la situation reste identique dans les deux semaines qui viennent il faudra procéder à une intervention d’« urgence » pour vérifier ce qu’il y a vraiment à l’intérieur de la ruche.

rucher_emapi_janvier2017 (7).jpg

A bientôt pour d’autres bonnes nouvelles !

L’équipe d’EMAPI 🙂

Publicités